Fermetures  Annulations

Félicitations aux finissants
Actualités

La culture en héritage

 Justin et Jamie ont visité l’exposition 
et travaillé autour de l’œuvre de l’architecte Étienne Gaboury.

L’héritage d’Étienne Gaboury, un grand de Bruxelles

L’un des axes du plan stratégique de la DSFM consiste à développer chez les élèves des compétences culturelles. Dans cette optique, la division scolaire a travaillé en partenariat avec le Centre du patrimoine pour développer une exposition itinérante autour du travail de l’architecte manitobain Étienne Gaboury.

Rita Bourgeois,coordonnatrice à la programmation, a travaillé sur le dossier. « À travers cette exposition, nous voulons développer des références francophones dans l’identité culturelle de nos élèves. Étienne Gaboury a œuvré pour rendre notre communauté plus durable, et il est important de reconnaître sa contribution. »

Afin de donner aux élèves l’occasion de réfléchir sur le rapport entre l’architecture et la société, Rita Bourgeois et Annie Langlois, commissaire d’exposition au service de la Société historique de Saint-Boniface, ont développé un guide pédagogique.« L’idée était que les élèves aient quelque chose de concret en salle de classe, précise Rita Bourgeois. Nous avons essayé de penser à des activités qui collent au programme d’étude pour chaque niveau, de la maternelle à la 12e année. Nous en avons remis une version modulable aux enseignants, afin qu’ils puissent l’utiliser selon leurs besoins avant et après la visite de l’exposition. »

L’exposition,composée de deux grands panneaux et de quatre plus petits, voyagera dans les écoles du rural avant d’arriver en ville après Noël. « Nous souhaitons que chaque école accueille l’exposition. Pour cela, il faut régler certains détails logistiques. À l’avenir, nous avons une vision, qui serait de développer les référents culturels et d’amener dans les écoles les francophones qui ont changé notre communauté. Ça rend l’apprentissage plus vivant pour l’enfant, qui a la possibilité de s’approprier son patrimoine. »

Étienne Gaboury a joué un rôle dans la construction de l’École régionale Notre-Dame. Il a été logique pour la DSFM de débuter l’exposition dans cette école pionnière qui a rejoint la division scolaire francophone en 1994. Jocelyne Toupin, enseignante de français dans cette école, a accompagné ses élèves de secondaire durant la rétrospective. « Les jeunes ont trouvé impressionnant qu’un homme si reconnu ait eu un rôle dans la construction de bâtiments près de chez nous. C’est donc un privilège d’accueillir cette exposition dans notre école. » 

Avant de voir l’exposition, Justin, en 12e année, ne connaissait pas le travail d’Étienne Gaboury. « J’ai appris que c’était un architecte de ma région. Dans notre petite communauté, un beau bâtiment ressort toujours, parce qu’il n’y a pas beaucoup de choses dans le village. J’étais surpris de constater que quelqu’un qui représente tant au Manitoba venait d’un si petit village. C’est vraiment une exposition intéressante sur une personne locale qui a fait beaucoup pour notre communauté. Ça nous donne un bon référent culturel,et on apprécie beaucoup cette opportunité. »

Jamie, en 10e année, connaissait Étienne Gaboury comme le concepteur d’édifices à Winnipeg. « J’ai aussi découvert qu’il avait conçu les plans pour le Foyer à Notre-Dame. C’était une surprise, parce que ma mère y travaille, et je ne l’aurais jamais imaginé. Je ne réalisais pas à quel point la lumière naturelle était importante pour créer de l’espace et rendre les bâtisses plus belles. »



« Toutes les actualités